Categories Menu

La crise financière au coeur des préoccupations parlementaires.

Photo_crise financière
Depuis plusieurs
semaines, la communauté internationale affronte une crise
financière particulièrement grave.

Le 14 octobre 2008, les
parlementaires de la majorité ont voté une loi de
Finances rectificative
pour que l'Etat apporte sa garantie, à
hauteur de 360 milliards d’euros, afin d'assurer la stabilité
du système bancaire. Il s'agit de garanties ou de prêts
(qui seront évidemment remboursés) destinés à
permettre aux banques de retrouver des fonds propres, mais à
la condition qu'ils soient impérativement utilisés pour
accorder du crédit à l'économie, aux entreprises, aux collectivités et aux particuliers.

Le Président de la
République a choisi de faire face à cette crise avec
beaucoup de détermination et de courage, refusant le repli de
notre économie sur elle-même et accélérant
le rythme des réformes nécessaires pour rattraper le
retard accumulé par la France au cours des dernières
décennies.

Nicolas SARKOZY ainsi
présenté le 4 décembre dernier à Douai un
plan de relance de 26 milliards d’euros, résolument orienté
vers l’investissement public et privé et dont la majeure
partie des résultats devrait être effective dès
cette année.

Pour compléter ces
crédits relatifs au plan de relance, des mesures législatives
sont nécessaires pour assurer le succès de la relance
de l’économie. Tel est l’objectif du projet de loi visant
à l’accélération des programmes de
construction et d’investissement publics et privés
, discuté
depuis quelques jours à l’Assemblée nationale et dont
le vote est prévu pour cet après-midi.

Article posté le 13 janvier 2009